Dream Wagon (par Motus)

[Note de Red : Avant toute chose, je tiens à préciser que l’histoire qui va suivre n’est pas de moi, mais de ma charmante et géniale compagne Motus (que vous vous DEVEZ de suivre sur Twitter). Ici, elle nous écrit un rêve qu’elle a fait, un peu à la manière des Rêves de Leo Davis, qui sont tous basés sur des rêves que j’ai fait… Vous comprendrez avec le texte qui suit pourquoi on était fait l’un pour l’autre : nos cerveaux sont bizarres !]

« – Mademoiselle ? Mademoiselle !!! Vous allez finir par rater votre arrêt si vous vous obstinez à dormir tout le long du chemin ! »

Une voix féminine en partie couverte par le fracas d’un train lancé à vive allure tente de me tirer de mon sommeil. Arf j’ai de nouveau dû sombrer dans les bras de Morphée sans même m’en apercevoir… Il faut dire que ces trajets vers la Savoie sont tellement longs, la nuit tellement courte et l’OST des Enfants Loups tellement relaxante qu’il m’était difficile de faire autrement !

La voix continue de me sermonner mais mes yeux sont encore tellement embrumés que je n’arrive pas à identifier quoique ce soit. J’aperçois tout au plus une silhouette floue faire des gestes agacés en face de moi. N’empêche c’est bien aimable de la part de cette personne de m’avoir réveillée avant ma destination finale mais j’ai tout de même connu plus agréable comme réveil ! Même mon chat Saria me tire de mon sommeil de façon plus douce (et pourtant ses techniques félines pour que je sorte de mon état larvaire et lui donne à manger sont loin d’être tendres en général !).

 » – … Pauvre mari était un peu comme vous… Toujours à s’endormir un peu partout… Limite s’il ne s’était pas assoupi lors de notre cérémonie de mariage ! »

Ravie de l’entendre…

 » – … Devriez dormir plus la nuit… Jeunes de maintenant sous-estiment trop leur temps de sommeil… Irresponsables… De mon temps… Couché à 18H… Debout aux aurores… Nourrir les bêtes… »

Bon bah au moins maintenant je sais plus ou moins à qui j’ai affaire : Une dame d’un certain âge avec un goût prononcé pour la discipline militaire !

« – … Bon vieux temps… Dernier arrêt dans à peine 1h30… Feriez mieux d’être prête avant qu’on atteigne Lutricia… »

Roger mon commandant ! Promis: d’ici 30 minutes j’ouvre les yeux pour de bon et… Attendez une seconde… Lutricia ? Non non non j’ai dû mal entendre… Mon dernier arrêt moi c’est Modane pas Lutri… Lutri… Uhoh… La forme en face de moi commence à devenir de moins en moins floue et je n’aime mais alors pas du tout ce que je suis en train de voir !

Il faut bien avouer que se retrouver face à face avec une loutre humanoïde d’environ 1m60 est assez… déstabilisant… Pour ne pas dire carrément flippant ! Surtout lorsque ladite loutre vous darde d’un regard dont même la plus sévère des professeurs de mathématiques aurait pu être jalouse.

 » – Eh bien, le moins que l’on puisse dire c’est que vous avez le réveil difficile vous !

– Uuuuuuuuh…

– Et que vous n’êtes pas particulièrement loquace non plus… »

Well excuuuuuuuuuse me princess mais là c’était vraiment tout ce que je pouvais donner de mieux ! Sérieusement qu’est-ce qu’il se passe ici ?! À quel moment est-ce que je me suis embarquée dans un train avec une loutre géante ?! UNE LOUTRE GEANTE ! Vêtue d’un tailleur jupe couleur lavande strict quoique très élégant ceci dit ! La couleur s’accorde assez bien avec la teinte brune foncée de son pelage. Et la petite broche dorée en forme de lys qu’elle arbore sur sa veste agrémente sa tenue de façon sympathiq–Eh on se calme cerveau ! C’est plus le moment d’essayer de comprendre ce que l’on fait là plutôt que d’admirer le style vestimentaire de Madame Loutre !

… Hum j’aimerais bien réussir à faire un chignon parfait comme le sien… Ça réglerait mes problèmes de cheveux rebelles qui se placent un peu comme ils veulent. … D’ailleurs est-ce que l’on doit considérer que ce sont ses cheveux… ou bien des poils… ET ATTENDEZ UNE MINUTE EST-CE QUE MA MAIN ÉTAIT VRAIMENT EN TRAIN DE SE TENDRE TOUTE SEULE VERS SES CHEVEUX/POILS POUR ALLER VERIFIER S’ILS ETAIENT AUSSI SOYEUX QU’ILS PARAISSAIENT ?! Aouch au vu du soudain air renfrogné de ma compagne de voyage c’était bien le cas… Bon encore heureux que j’ai réussi à me ressaisir à temps avant « impact »… Mais bordel qu’est-ce qu’il se passe ici à la fin ?! Pourquoi ce train ?! Pourquoi la loutre ?! Pourquoi mon cerveau défaillant ?! Est-ce que je suis morte dans mon sommeil et que ce train est le train qui conduit les pauvres âmes pêcheresses vers un monde où plus rien n’a de sens ?! Dans ce cas je suis sûre que ce sont les lasagnes d’hier soir qui m’ont achevées ! Hier soir… Hier soir… MAIS OUI !

 » – Vous êtes sûre que tout va bien ? À voir votre air on croirait que vous venez de voir Le Grand Daryl en personne !

– Huuum… Disons juste que je viens soudainement de réaliser qu’il valait mieux que j’évite de lire Les Multiples Vies de Leo Davis avant d’aller me coucher à l’avenir.

– Oh ? … Certes. »

Bah oui un rêve évidemment ! Quelle autre explication ? En même temps le passage que j’avais tenu à terminer avant d’aller finalement me coucher était tellement prenant que ce n’est pas si étonnant que l’univers de Loutre-Monde m’ait poursuivi jusque dans mes rêves… En tout cas, si je suis ce raisonnement, il me suffit donc de me pincer un bon coup pour me sortir de cette situation ! … Eeeeeet d’un autre côté, j’ai bien envie de voir jusqu’où ce rêve étrange va me mener. Ce n’est pas tous les jours que j’ai le loisir d’en faire d’aussi détaillés après tout ! Ni d’aussi vivants d’ailleurs car je ne l’avais pas encore remarquée jusqu’à maintenant (la faute à mon cerveau en pleine erreur 404 très certainement) mais Madame Loutre et moi sommes loins d’être les seuls passagers de ce wagon ! À vue de nez, nous sommes environ une trentaine de personnes de tous âges à occuper les lieux. Enfin « personnes »… Disons plutôt chats, chiens, lapins, castors et même ce qui semble ressembler à un lamantin vers le fond de la rame. Et tous bien évidemment aussi « humanifié » que notre amie la Loutre ! Yeup tout le bestiaire de Loutre-Monde semble bel et bien représenté, à l’exception peut-être des Atillax mais, vu leur très faible apparition dans le roman jusqu’à présent, il n’est pas surprenant que mon esprit ait choisi de les exclure de mon rêve pour cette fois.

Quoiqu’il en soit, tout ce petit monde semble vivre sa petite vie quotidienne de façon étonnamment réaliste : Un Kutz en imperméable et casquette en feutre lit paisiblement son journal sur une banquette voisine (Ah tiens l’équipe de Lutricia s’est encore distinguée au grand tournoi d’Aquachorda apparemment ! Nice !), une Beayern accompagnée d’une Konijin toutes les deux richement habillées sont en train de débattre à propos de la qualité déclinante d’un salon gastronomique locale (Tiens c’est drôle j’ai justement visitée un salon gastronomique la veille ! Hum…), un enfant Kutz portant une tenue ressemblant très fortement à celle de Luke de la série Professeur Layton s’amuse à jongler avec une balle sous les yeux amusés de sa mère (Et je rêve ou cette balle est entièrement composée de pièces de puzzle ?) tandis qu’un jeune Hundini en jean et chemise à carreaux bleus a visiblement suivi le même chemin que moi au début de ce récit vu qu’il dort à poings fermés (Je me demande s’il est en train de rêver d’un train uniquement peuplé de créatures bipèdes et sans poils… Le pauvre…). Bref : Tous tentent de faire passer le temps comme ils peuvent de leur côté sans vraiment prêter attention aux autres.

Par contre un détail me chiffonne : comment se fait-il qu’aucun des passagers n’ait tout de même remarqué qu’une Étrangère se trouvait parmi eux (Sans parler du Lamantin dont la présence et surtout la façon plus que bruyante de déguster son sandwich semble fortement agacer son petit voisin Konijin) ? Ce n’est pas comme si j’étais invisible aux yeux des autres après tout, vu le réveil et les remarques dont j’ai été généreusement gratifiée par ma compagne de siège… Alors dans ce cas… Pourquoi aucun d’entre eux n’a encore fondu sur la pauvre humaine que je suis muni d’une torche et d’une fourche en hurlant « Burn the witch ! » ? Bon pas que cette situation m’aurait plu, loin de là… Mais tout de même cela m’intrigue !

Je suis pratiquement aussi visible qu’un Bulborb au milieu d’un troupeau de Pikmins… Alors pourqu—oooook c’est quoi ça maintenant ?!

Un rapide coup d’oeil à mon reflet dans la vitre du train vient de me donner un bon début de réponse : face à moi se dresse une version de moi… mais en loutre ! Avec tout l’apparat qui va avec bien entendu : Fourrure brune, museau avec la petite truffe noire ovale qui va bien, vibrisses qui gigotent au gré des secousses du wagon… Une Lutris tout ce qu’il y a de plus lutrisienne en somme ! Bon au moins cela explique pourquoi les autres ne réagissent pas plus que ça.

Je baisse les yeux pour jeter un coup d’oeil à mes mains histoire de voir « l’étendue des dégâts » : Mains humaines ! Gné ?! Je rejette un oeil à mon reflet : Lutris… De nouveau plan mains : Humaine… Plan vitre : Loutre… Sans reflet : Normale… Avec reflet : Poilue… Bon ok je pense avoir plus ou moins compris le message à présent : C’est un rêve donc il est inutile que je cherche à me raccrocher à un quelconque raisonnement logique. Les autres me voient comme une Lutris… Mais moi je me vois comme une humaine… Ok deal with it ! Mais quelque chose m’interpelle toujours… Pourquoi une Lutris ?! Ok une loutre c’est mignon et on aimerait tous avoir sa petite loutre de compagnie chez soi qui irait récupérer des sodas dans le frigo à notre place mais tout de même ! J’ai beaucoup plus d’affinités avec les chats alors logiquement j’aurais dû être une Kutz non ? Logique… Ah oui non c’est vrai ! Rêve / Logique à la Alice au Pays des Merveilles / Pas chercher à comprendre tout ça.

Je rejette un oeil à mon reflet par acquis de conscience : même en loutre j’ai les cheveux rebelles… Pas drôle…

 » – Aouch ! »

Une douleur soudaine à la tempe gauche me tire de ma frustration capillaire. Notre petit Luke Triton version furry vient d’échapper sa balle qui en a profité pour venir s’écraser contre mon crâne. Je me retrouve donc face au gamin qui ne cesse de se répandre en excuses malgré mes tentatives pour le calmer tandis que Dame Lutris en profite pour souligner une nouvelle fois à quel point les jeunes sont maladroits de nos jours !

Environ 15 « Désolé!Désolé!Désolé! » plus tard, le jeune Kutz regagne les bras réconfortants de sa mère sous le regard toujours courroucé de la loutre. À la voir, on croirait presque que c’est elle qui vient de se prendre le coup ! D’ailleurs en parlant de coup : la douleur était un peu trop réaliste à mon goût pour un rêve… En vérité TOUT dans ce rêve est extrêmement réaliste ! Les remous du train, le petit courant d’air frais provenant d’une fenêtre entrouverte un peu plus loin, la rumeur des conversations alentours… Jusqu’à l’odeur du sandwich aux sardines du lamantin !

J’avais de nombreuses fois souhaité pouvoir apercevoir l’univers de Loutre-Monde de mes propres yeux en lisant les tribulations de Leo Davis mais là cela dépassait largement toutes mes espérances ! À cette simple évocation, une idée diabolique me traverse l’esprit et un large sourire fourbe s’affiche sur mon visage :

 » – J’en connais un qui serait prêt à tuer pour être à ma place en ce moment !

– Hum vous dites ?

– Non non rien … »

N’empêche qu’il faudra absolument que je lui raconte tout ça à mon réveil ! Enfin à condition que je m’en souvienne un minimun bien entendu….

 » – Vous êtes vraiment sûre que tout va bien ? Vous êtes tout de même très très pâle…

– Hein ? »

À ma grande surprise, l’expression jusqu’ici particulièment sévère de ma compère lutris a laissé place à un certain trouble. J’imagine que mon attitude à la fois désorientée et émerveillée a dû finir par toucher ce coeur de glace !

 » – Oh non ne vous en faites pas, c’est un trait caratéristique chez moi ! Mes proches passent leurs temps à me répéter que j’ai le teint d’une anémique et que je devrais passer moins de temps devant mes écrans.

– Hum… J’ignore ce que sont des « écrans » mais visiblement ils n’ont pas tout à fait tort… Toutefois tenez, prenez tout de même ce fruit au cas où ! En cette saison, mieux vaut emmagasiner un maximum de vitamines. »

Elle plonge alors sa main dans ce qui doit être son panier à courses et me tend un fruit rond de couleur pourpre que j’identifie immédiatement pour avoir lu sa description maintes et maintes fois.

 » – Oh mais c’est un Goldus ! Heu je veux dire un Galdeh !

– Exact, je vois que vous êtes une connaisseuse ! Ce fruit est beaucoup moins consommé de nos jours qu’à l’époque de mon enfance mais il reste une incroyable source d’énergie capable de vous requinquer un Gygax ! Oh mais, suis-je bête, laissez moi d’abord vous fournir une serviette afin d’éviter que vous ne vous en mettiez par— EH NON PAS COMME CA ! »

Trop tard ! Dans un élan de candeur enfantine, j’ai déjà croquée gaiement dans le fruit afin de vérifier une vieille théorie. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le résultat n’est pas fameux à voir… Dans un bruit étrange, dont l’exemple le plus approchant que je puisse trouver serait le son d’un Goomba s’écrasant contre la semelle d’un plombier italien, le fruit vient de littéralement exploser à la première pression de mes « canines », déversant ainsi une grosse partie de sa pulpe un peu partout. Me voilà donc recouverte de galdeh sanguine sur à peu près tout le haut du corps mais le jeu en valait la chandelle : Son jus est absolument délicieux (ou tout du moins le peu de jus n’ayant pas déjà atterri sur mes vêtements…) ! Je n’avais jamais rien goûté de semblable auparavant.

Son habituel air agacé de retour, Madame Loutre me tend un mouchoir en tissu afin que je puisse m’essuyer tandis que de mon côté j’ai plus l’air extrêmement amusée que gênée du ridicule de ma situation. Par contre, cela me permet de vérifier une seconde théorie scientifique : les poils tout collants c’est loin d’être fun…

Alors que je m’acharne à essayer d’enlever toutes traces de « l’échec Galdeh », ma voisine en profite pour me poser une question qui semblait la tarauder depuis un moment :

 » – Excusez moi si je vous semble un peu indiscrète mais tout à l’heure vous avez mentionnée le nom de Leo Davis. Est-ce que cela signifie que vous le connaissez ?

– Hum… Oui ? Enfin non pas exactement en fait… Disons plutôt que je connais assez bien une partie de ses aventures.

– Oh c’est donc cela ! Aaaaah ce jeune Leo Davis… Si seulement vous saviez tout le bien qu’il a apporté à notre monde. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de l’apercevoir une fois à la Taverne de Lutricia ! Il n’en a pas forcément l’air vu comme ça mais c’est un homme d’une grande bravoure, plein de générosité et d’audace… Et malin avec ça ! Il me rappelle un peu notre autre grand héros: Daryl. Lui aussi ne payait pas de mine au premier abord mais c’était sans conteste le plus courageux d’entre nous ! A ce propos, vous a-t-on déjà raconté de quelle manière il était venu à bout du règne tyrannique des Raions ? »

Uhoh j’ai réussi à remettre son mode « Histoire sans Fin » en route sans le vouloir visiblement !

 » – En l’an 630 de notre ère, l’impitoyable dirigeant du peuple Raion, Victor Heimman, décida d’asservir toutes les communautés de l’île afin de gouverner en maître absolu et monopoliser toutes nos ressources. Son règne de terreur aurait pu durer encore indéfiniment et coûter de trop nombreuses vies si un jour un téméraire Lutris ne s’était dressé en travers de son chemin… »

Arf mais pourquoi l’option « Passer ce dialogue » n’est valable que dans les jeux vidéo ?!

 » – Simple Forgeron… Trentaine d’hommes talentueux… Rébellion… Dragon… Duel épique… »

Laissez tomber la comparaison à une prof’ de Maths… En fait elle me fait de plus en plus penser au vieil homme de l’Île de l’Aurore qui pousse des « KYEEEEEEEEH » si jamais on ose l’interrompre ! Et comme je ne tiens pas particulièrement à me prendre un coup de canne gratos (si tant est qu’elle en dissimule une dans son panier à provisions), autant la laisser conter l’histoire de Daryl toute seule et continuer mon observation des lieux comme si de rien n’était.

Dommage que le train ne traverse que de larges forêts depuis le début de ce rêve, j’aurais aimé apercevoir des paysages plus… typiques ! J’imagine que mon cerveau a déjà assez de mal à gérer la modélisation de tous les passagers pour en plus s’auto-créer de la difficulté en y rajoutant des paysages fabuleux défilant au rythme du voyage. En parlant de voyage… Pourquoi un train ? Il n’a jamais été mention d’un réseau ferroviaire parcourant Loutre-Monde dans le livre jusqu’à présent alors pourquoi est-ce que mon esprit a décidé de m’y placer ? Aaaaah je crois que j’en connais la raison ! La veille j’ai éprouvé la subite et incompréhensible envie de revoir des vidéos de Paper Mario La Porte Millénaire et dans l’une d’entre elles apparaissait justement un train. Si c’est bien à cause de cela, la capacité qu’a le cerveau à prendre des micro-passages d’une journée pour les inclure dans nos rêves m’étonnera toujours !

En tout cas, même s’il n’est pas aussi luxueux que le véhicule du Royaume Champignon, ce train est tout de même assez rétro : les banquettes en bois élimé, les porte-bagages en cuivre au dessus de nos têtes, la couleur dominante ocre des parois, les lanternes à gaz et il me semble même apercevoir un vieux poêle à charbon destiné à réchauffer les passagers dans un coin du wagon. Tout cela semble un peu rustique par rapport au niveau d’avancée technologique de Loutre-Monde mais c’est tout de même typiquement le genre de trains dans lequel j’adorerais pouvoir voyager un jour. Yep, mon cerveau a bon goût !

 » – Puis-je voir votre billet s’il vous plaît ?

– Uh ? »

Trop obnubilée que j’étais dans ma contemplation du détail du plafond peint, je n’ai pas vu approcher le Hundini qui s’adresse désormais à moi. Casquette bleue foncé à emblème vissé sur la tête, costume de même couleur, sacoche en cuir vieillissante, montre à gousset argentée pendant de la poche gauche de sa veste… Je ne pense pas me mouiller de trop en avançant qu’il s’agit d’un contrôleur !

 » – Je disais : Puis-je voir votre billet s’il vous plaît ? »

Eeeet bingo ! Par contre billet ? Quoi ? Quoiiiiiiiiiii ?! Vous n’allez quand même pas me dire que même en rêve le compostage de billets fait loi ?! En plus je croyais qu’il n’y avait pas de système monétaire à Lutricia alors à quoi bon un billet ?! Panique ! Panique ! Paniiiiique !!!

 » – Tout va bien Mademoiselle ?

– Heindequoideoùdecommentdequ’ouis-je ?! »

Que va t-il m’arriver lorsque le contrôleur finira par comprendre que je n’ai pas son satané billet ? Bon je me trouve dans un rêve donc logiquement…il va s’agir d’un truc totalement improbable ! Comme par exemple : le contrôleur va se transformer en Hulk Dogan, me balancer hors du train en exécutant un Giant Swing et je vais alors traverser les airs où j’y croiserai les canards de Duck Hunt avant que Hulk Dogan ne décide de me finir à grands coups de NES Zapper ! C’est typiquement le genre de tournures que pourraient prendre mes rêves en général en plus !

 » – Votre billet se trouve dans la poche avant de votre sac… Je vous ai vu l’y ranger lorsque vous vous êtes installée en face de moi.

– Parce que j’ai un sac ?! »

Ah bah oui la loutre a raison ! Attendant gentiment à mes côtés: mon habituelle sacoche Assassin’s Creed. Je suis à peu près sûre qu’elle n’était pas là il y a encore 5 minutes pourtant ! Voyons voir la poche avant… Ô magie un billet de train ! Il est semblable à un billet ordinaire à la « petite » exception près qu’il est écrit dans une langue qu’il m’est totalement impossible de déchiffrer. Mon cerveau n’a pas dû juger utile d’activer le Multilingue pour ce qu’il s’agit de la lecture. Euuuh mais pourtant j’ai tout de même réussi à lire la une de ce journal tout à l’heure… Bref ! Rêve, fuck la logique ! Je tends donc mon billet au contrôleur qui s’empresse de le vérifier. Vous allez voir qu’avec ma veine il ne sera même pas à la bonne date…

 » – Très bien, tout est en ordre. Je vous souhaite une bonne fin de trajet sur notre ligne et une bonne journée. « 

Ah bah non ! Luckyyy ♪ Comme quoi ça ne servait à rien de paniquer et que j’ai bien fait de garder mon self-contrôle ah ! Ah… Hum… Bon ok inutile de me regarder comme ça Grumpy Loutre : J’AI paniqué…

Bien, maintenant que ma saccoche est apparue par la magie du deus ex machina pour me sauver la mise, autant que j’en profite pour inspecter son contenu histoire de passer le temps. De toutes manières je ne sais pas trop quoi faire d’autre pour le moment (à part peut-être tenter la théorie selon laquelle on ne peut pas mourir en rêve en sautant par le hublot… Mouiiiiii mais non ! Pas sûre que Stan apprécie l’ironie de la situation si jamais ce n’était pas le cas.) et je me sens mal relancer ma comparse dans une session de « Il était une fois : Le Lutris »…

Première observation : elle est lourde ! Trèèèèès lourde ! Ça ne devrait pas me surprendre car d’ordinaire elle l’est déjà, la faute à une accumulation de fatras inutiles que j’ai jusqu’à maintenant renoncé à évacuer pour cause de pure flemmingite aiguë, mais là cela dépasse largement tout ce que cette pauvre sacoche a pu connaître ! Toutefois il ne m’a pas fallu longtemps pour identifier la raison de ce soudain gain de poids : là où j’aurais dû découvrir un amas d’objets superflus se trouve à présent juste une statuette dorée en forme de renard d’un poids assez conséquent. Euuuuké c’est assez… inattendu ? Et je suis censée en faire quoi de ce truc au juste ? L’amener dans un temple ancien truffé de pièges sournois où je me ferai poursuivre par un caillou géant au moindre effleurement de dalle suspecte ? Tiens d’ailleurs est-ce que ma sacoche contient également un chapeau d’aventurier et un fouet… Nop. Dommage ça aurait pu être fun… En attendant tout ceci ne m’aide toujours pas à comprendre ce que cet artefact fait dans mon sac, ni à quoi il peut bien servir. Oh mais c’est vrai que j’ai toujours à mes côtés une (un peu trop) inépuisable source de savoir à propos de ce monde !

 » – Heeeem… Dites, est-ce que par hasard vous auriez quelques infos à propos de cet objet ? Car de mon côté je dois bien avouer que moi non !

– BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP !

– Heuuu… Allô Loustron ? Je crois que nous avons un problème… »

Mon calembour plus que bancal n’a pas réussi à dérider ma voisine Lutris qui continue d’ouvrir frénétiquement la mâchoire pour émettre des bruits agaçants et étrangement famili—OH NON ! NONONONONONONON !!!

 » – BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! »

Nonononon tu n’as pas le droit de me faire ça réveil ! Pas maintenant ! Pas déjà !

 » – BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! »

Mais je n’ai même pas encore eu le temps de voir Lutricia ! C’est injuste ! Et Leo ? Tu peux bien me laisser l’occasion d’apercevoir le héros de l’histoire au moins une fois dans ma vie non ?!

 » – BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! »

Et Lara ? Et Basil ? Oh l’aquachorda ! Les duels de canne totalement épiques ! Et il faut absolument que je goûte aux fameux plats de la Taverne moi !

 » – BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! »

Non c’est décidé : moi je reste là nah ! Je resterai fermement agrippée à ce siège jusqu’à ce que ce soit toi, Réveil, qui craque psychologiquement ! Bon pas que ça m’avance beaucoup en réalité mais au moins ça m’aide à évacuer ma frustration sur quelque chose…

 » – BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! »

Raaaah non tout commence à devenir flou, ce qui signifie que je commence à me réveiller pour de bon ! Allez Stan ! Edgard ! Lucy ! Jésus ! Boudha ! Bob l’Eponge ! QUI VOUS VOULEZ ! Mais soyez sympa et laissez moi en voir un peu plus !

 » – BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! BIP ! »

En plus je me connais : à la seconde même où je vais ouvrir les yeux, j’aurais pratiquement tout oubliée ! Non je ne veux pas ! Je ne veux paaaaaaaaaaaaaas !!!

« Et jamais de toute l’histoire de cette paisible maisonnée on n’entendit de « EH MEEEEEEEEEEERDE » plus retentissant que ce matin-là. -FIN- « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s