Clueless Otter : Bob l’Éponge Le film – Un héros sort de l’eau

Leo et Lara sortirent du cinéma. « C’est toujours comme ça, vos films ? » demanda Lara.

Leo ne put s’empêcher de rire. « Oh non. Pour le coup, je peux t’assurer que c’était assez… Erm… Unique.

— Et pourquoi est-ce qu’il y aurait une éponge vivant dans un ananas au fond de l’océan ?

— Si la théorie des Auteurs n’existait pas, je dirais que c’est le résultat d’une association de mots qui a mal tourné.

— Et puis c’était quoi ce délire avec le cuir ?

— Euuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh… Comment dire… »

Lara fronça les sourcils. « C’est compliqué ?

— Assez. »

Les deux adolescents longèrent la rue menant à la place Gambetta.

« Et pour ce qui est des blagues, il y en avait qui n’étaient juste pas drôles. » continua la lutris.

« Alors oui, mais pour le coup, j’ai compris pourquoi. En fait, le film a été fait dans un pays qui parlait une autre langue. Et pour que le film sorte ici, il avait fallu le traduire. Mais certaines blagues ont mal été traduites, donc elles perdaient pas mal en impact. Il y avait beaucoup de jeux de mots. Tu te souviens au tout début du film de l’auto-pirate ?

— Erm… Non ?

— Justement. Et le truc, c’est que c’est un jeu de mots sur l’auto-pilote. En Anglais, tu prononce les deux termes quasiment de la même manière. Le ‘o’ et le ‘a’ se prononcent presque pareil, alors qu’en français, ça se différencie tellement à la prononciation que l’on peut trop facilement la louper. Et t’as beaucoup d’autres moments où il y a des blagues, mais mal traduites.

— Je vois.

— Et vu que l’humour de ce film repose en grande partie sur la comédie verbale…

— Ça ne marche pas.

— Exactement.

— Par contre, le coup des boulets de canon dans les bulles, c’était pas mal !

— Carrément, même si de mon côté, je m’y attendais. J’avais vu une bande-annonce avant que tu ne vienne et comme d’habitude, ils ont mis les meilleures blagues dedans, donc pas de surprises.

— Ah ?

— Enfin si. Pour le coup, les bande-annonces ne se focalisaient que sur le dernier quart du film, donc tout ce qu’il y avait entre le début et la fin était totalement inédit, et c’était tant mieux, puisque c’était du grand n’importe quoi.

— Tellement. Même si justement, j’ai trouvé que c’était peut-être un peu trop n’importe quoi…

— Ça, je peux confirmer, malheureusement. Parfois ça se tapait des délires qui n’avaient aucun véritable sens. »

Lara réfléchît. « Quand j’y pense, dans certains de nos spectacles aussi, des gens mettent du n’importe quoi pour mettre du n’importe quoi. C’est pas plaisant.

— Agreed. Heureusement, ici, ils n’en ont pas trop fait, même si ça frôle parfois la limite. Enfin… Donc au final, ça t’a plu, Lara ?

— Moui. Je dois avouer que c’était assez inventif. Déstabilisant, mais inventif. D’ailleurs, tu riais beaucoup, toi !

— Carrément. C’est typiquement le genre de film que j’adore. Bon, il n’était pas parfait, surtout en VF, mais il était vraiment cool. »

Lara sourît. « J’espère quand même que le prochain film que tu m’amèneras voir sera un peu plus… Normal. »

Leo fit la moue. « On verra, mon amour. On verra. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s