Les Chroniques de Loutre-Monde – Eastern Tails : Épisode 9

 « Allez, courage Maître Ryû. Nous sommes presque arrivés. » dit Iori d’un air encourageant.

« Que dalle… On est encore à une bonne demi-journée de marche, oui ! »

Le hundini commençait à en avoir plein les pieds. Non pas que le voyage fut particulièrement désagréable, au contraire. Juste qu’il commençait à se faire long. Heureusement que les gens étaient sympas avec eux… Enfin, sympas. Ça se voyait qu’ils les craignaient lorsqu’ils voyaient l’emblème Sasaki sur leur veste, mais c’était du pareil au même. Sérieux, à quoi pensait son père en faisant de son nom de famille une sorte de marque qu’il fallait craindre ? Ryû était obligé de jouer la comédie auprès du peuple et ce depuis son enfance en ayant l’air volontairement désagréable auprès des gens. Et le pire, c’était qu’il ne pouvait pas risquer de ruiner la crédibilité de son père en étant ce qu’il était vraiment… En y repensant, c’était vrai qu’il ressemblait beaucoup à sa mère. Dans tous les cas, toute cette comédie, c’était pour son bien à elle.

Ils continuèrent de marcher. Bientôt, ils arriveraient à Shiba. L’occasion de faire une avant-dernière pause, manger un bon coup et repartir pour le village suivant.

Ils croisèrent pas mal de gens sur le chemin. Tous s’écartaient à la vue des trois individus habillés en noir. Puis ils croisèrent un couple, accompagné de leur enfant et les dépassèrent de cinq mètres.

« Huh ? » La femme du couple se retourna. « Hey, vous ! »

Ryû se retourna. « Hum ? »

Il n’y avait pas fait gaffe en la croisant, mais la femme était une assez jeune kutz au poil blond et aux longs cheveux bruns, vêtue d’un ensemble coûteux. Son expression, elle, jurait totalement avec le côté riche et noble de son habillage. Ryû remarqua qu’elle avait un sabre accroché à la hanche.

Elle tapota l’épaule de l’autre kutz. Tout aussi jeune, il portait lui aussi un ensemble qui indiquait une certaine richesse. Son visage couvert de poils bruns et aux cheveux noirs transpirait d’arrogance, le désignant comme quelqu’un ayant vécu bien des joutes. Lui aussi portait un sabre à la hanche. « Hey, Eiji… Ça serait pas le gamin de l’autre Sasaki, là ? » demanda la femme.

L’homme plissa les yeux. « Heh, on dirait bien. En plus, il porte encore son masque de bouffon. »

Iori s’interposa. « Attention à ce que vous dites, vous !

— Hola hola, lutris. On se calme. » dit l’homme, qui posa la main sur la poignée de son sabre. « Autrement tu vas goûter à la lame des Matsumae. »

Matsumae ? Ryû jeta plus en détail un œil aux vêtements que portaient les deux hurluberlus. Il vit le symbole du clan. « Ah mais c’est vous ! »

Chiasa pencha la tête sur le côté. « Oui, c’est nous. Et ? »

Le hundini était souriant. « Et on venait justement vous voir ! Mon père m’a demandé de venir à votre rencontre pour discuter.

— Hoh ?

— Mon père vous propose une offre des plus intéressantes ! Il vous propose d’unir nos clans comme il l’a fait avec tant et tant d’autres ! Si vous vous joignez à nous, nous pourrons…

— On s’en tape. On n’en veut pas, de votre unification. » déclara la femme, catégorique.

« Mais…

— Par contre, on aimerait bien plus de territoire. »

Ryû se mit à paniquer. « Mais… Si vous nous rejoignez… On… »

Il vit le couple s’échanger des regards. La lueur dans leurs yeux n’était clairement pas rassurante. Iori et Juri se mirent sur leurs gardes.

« Et si on capture le fils de Yukito, on aura une belle monnaie d’échange. »

Les yeux de Ryû s’écarquillèrent. « Mais… Et le Code ? »

Iori s’interposa. Elle sortit son sabre de son fourreau.

« Tututut… Vous n’oseriez pas attaquer des parents devant les yeux de leur enfant, si ? » La femme prit son fils par le bras et le mit devant lui. C’était un kutz d’une dizaine d’années au poil blond et aux cheveux bruns mi-longs. À son regard, il était clair qu’il était terrifié.

« Espèce de…

— Par contre… » Il dégaina son sabre. « Nous on a le droit ! »

Iori réussit sans problème à parer le coup. « MAÎTRE RYÛ ! RECULEZ ! »

Ryû commença à reculer, lorsque l’homme cria. « Hors de question, mon petit ! Tu vas venir avec moi ! »

Ryû eut le réflexe de sortir son sabre de son fourreau, prêt à se défendre. Hélas pour le kutz, l’ouverture était tellement grande que Iori parvint sans aucun problème à le toucher en plein cœur.

« EIIIIJIIIIIIIIIII !!!! NOOOOOOON !!!! »

Le kutz tomba au sol. Du sang commença à couler le long de la route.

Ryû était paralysé par la peur. Ce n’était pas censé se passer comme ça ! C’est quoi ce bordel !?

La femme poussa l’enfant, puis dégaina son sabre. Sans aucun problème, elle parvint à toucher Iori sur le côté.

« GAAAAAAH !!! »

La lutris s’écroula par terre.

« IORI ! » Juri fonça sur l’assaillante en hurlant. « SALE GARCE ! »

Ryû fut horrifié en voyant la kutz se faire transpercer par la lame de la raion. Le jeune homme vit ensuite l’enfant, dont le regard s’était vidé.

Non…

Un cri de rage retentit. Ryû eut à peine le temps de se retourner qu’il sentit un violent coup de poing dans le museau. Son sabre tomba au sol.

« Maître Ryû ! » cria Juri.

Ryû ouvrit les yeux, sonné par le choc. Il tenta de se relever, uniquement pour voir sa garde du corps échanger des coups puissants avec un autre hundini au poil clair qui s’était emparé de son sabre.

Mais à peine eut-il eu la pensée de ramasser une des armes pour aider son amie que les lames des deux guerriers partirent en éclat.

Une immense douleur le traversa.

« UWAAAAAGH !!!

— MAÎTRE RY… GYAAAARGH… »

Tant bien que mal, il parvint à garder son autre œil ouvert pour voir Juri se prendre un coup de poing dans le ventre de la part du hundini.

Non… Ce n’était pas censé se passer comme ça !

Il vit la raion tourner à nouveau la tête vers lui. « Maître… Vous… Allez… »

Il la vit partir violemment en arrière lorsque le hundini lui donna un grand coup de poing dans le museau.

Ryû tendit la main pour tenter de la rattraper malgré la grande distance. « JURI ! » Il se tourna vers le hundini. Paniqué, il hurla. « On… ON SE REND ! »

Puis il vit le guerrier se retourner pour voir comment se portait l’enfant. Il semblait paralysé par l’horreur du spectacle.

Mais il y avait plus important. Le regard de Ryû se focalisa sur Juri, qui venait de se relever et surtout sur Iori, qui était en train de se vider de son sang sur le sol, inconsciente.

Ryû se releva en tenant sa tête. Il sentait le sang chaud qui coulait le long de sa joue. « Ghnnnn… ALLEZ, ON SE TIRE ! » ordonna-t-il en fonçant sur Iori et en tentant de la soulever. Il y parvint avec l’aide de Juri.

Voyant que le guerrier était toujours préoccupé par l’enfant, Ryû se mit à courir aussi vite qu’il le put. Il lui fallait trouver la clinique de Shiba de toute urgence. Ils arrivèrent à l’entrée du village à peine quelques minutes plus tard.

« QUE QUELQU’UN APPELLE UN MÉDECIN ! VITE ! »




Ryû se mit à hurler.

[Épisode 10]




Instant making-of : En y repensant, Ryû est le garçon le plus malchanceux au monde, puisque non seulement il a manqué de se faire prendre en otage par des traîtres, mais en plus quelqu’un débarque de nulle part en pensant qu’il était un agresseur alors qu’il n’était qu’une victime dans toute cette affaire… Et en plus il perd un oeil dans le processus…

Comme dit plus tôt, l’idée première de cette histoire était de montrer qu’un tableau lorsque vu dans son entièreté peut véhiculer quelque chose de radicalement différent qu’un simple détail vu à la va-vite. Ainsi, si je n’avais montré que les scènes avec Jun, jusqu’à un certain point dans l’histoire, on aurait continué à croire que Ryû était l’agresseur et l’assassin des parents Matsumae, alors qu’en vérité, ce sont les Matsumae qui ont scellé leur propre destin en pensant que kidnapper Ryû serait une tâche aisée… Grand bien mal leur en a pris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s