Les Chroniques de Loutre-Monde – Eastern Tails : Épisode 15

Samedi 26 Juillet 1027

Jun Kazehiko

La nuit fut des plus difficiles pour la famille Kazehiko. Jun était incapable d’enlever de sa tête les images des événements de la veille et il pensait énormément à Mamoru, qui lui aussi était piégé dans ses pensées. Naomi et Yûzô se relayèrent toute la nuit pour veiller sur l’enfant et passaient régulièrement voir leur fils, qui avait enfin réussi à comprendre que tout cela n’était en rien de sa faute et qu’il avait fait le maximum pour éviter le pire.

Le reste de la matinée ne fut pas tant différent de la nuit, car Mamoru continuait d’osciller entre un sommeil forcé par l’épuisement et des réveils brutaux occasionnés par des visions de l’incident.

Yûzô indiqua à tous ses élèves qu’il n’y aurait pas cours de la semaine et que donc ils pouvaient rentrer chez eux se reposer s’ils le souhaitaient.

***

Ryû Sasaki

Ryû se réveilla régulièrement, lui aussi hanté par les images des événements de la journée, quand ce n’était pas la plaie qui se rouvrait. Le jeune homme essayait de ne pas hurler pour ne pas inquiéter son père à chaque fois que les bandages devaient être changés et la plaie désinfectée, mais la douleur était beaucoup trop intense.

Yukito resta éveillé toute la nuit pour veiller sur son fils et sur Iori, allant régulièrement vérifier si sa situation n’empirait pas. Juri, elle, n’avait que très peu mal et avait très vite indiqué à Yukito de ne pas s’inquiéter pour elle.

Voyant que la situation de son fils était beaucoup trop préoccupante, il décida de reporter sa vengeance sur les Kazehiko au lendemain et passa la journée dans la clinique.

***

Yûzô Kazehiko

« Maître Yûzô. »

Le hundini se retourna et lança un regard noir à son élève, qui grimaça. L’élève fit signe au maître de venir car c’était urgent.

Intrigué, Yûzô tourna la tête en direction de Mamoru, qui s’était endormi il y a vingt minutes. Il sortit, puis, après s’être assuré que le kutz ne pouvait pas entendre quoi que ce soit de désagréable, dit. « Tu as une minute. Je dois retourner m’occuper de l’enfant. »

L’élève était encore en train de reprendre son souffle. « Le village… Des hommes en noir partout. Des uniformes et je suis plutôt certain qu’il s’agit d’un clan. »

La mine de Yûzô se renfrogna. « Matsumae ?

— Non. Ce n’était pas leur emblème… Mais d’après un des villageois, il s’agirait du clan Sasaki. »

La mâchoire du hundini s’ouvrit involontairement, sans laisser s’échapper un son. Les Sasaki ? Ici ? Mais c’est impossible ! « E-est-ce que leur emblème… C’était un croissant de lune scindé en deux par une étoile filante ? »

L’élève tenta de se remémorer, avant de dire. « Oui. D’ailleurs, j’ai vu énormément de gardes devant la clinique. J’imagine que les hommes qui ont attaqué les Matsumae étaient… »

Yûzô se frotta son visage. Un désastre était imminent. Et si jamais Yukito était à Shiba et découvrait que son fils avait blessé l’un des leurs, il fallait s’attendre à une visite de sa part incessamment sous peu.

Il vit la mine inquiète de l’élève. « Merci Akio… Va prévenir les élèves restés ici et dis-leur de rentrer chez eux. Qu’ils embarquent toutes leurs affaires et ne reviennent que si je reviens les chercher personnellement. »

Akio fut inquiet. « Tous ? Mais certains habitent à l’autre bout du pays.

— Mieux vaut qu’ils soient là-bas quand Yukito viendra ici. Je ne veux pas qu’il leur arrive quoi que ce soit.

— M-Mais… On peut vous aider à le repousser !

— Nuh-uh. Aucune chance. Personne n’est capable de repousser Yukito en dehors d’épéistes très talentueux. Et s’il est de mauvaise humeur et qu’il vous voit, il peut s’amuser à recueillir des informations sur vous pour vous traquer. Yukito est un homme impitoyable, et c’est bien pour ça que je vous demande de fuir. »

Voyant le regard terrifié de son maître, l’élève n’insista pas. « B-bien… Je vais prévenir les autres immédiatement. »

Yûzô hocha de la tête, puis revint immédiatement voir Mamoru, qui continuait de dormir.

Il attendit que Naomi soit réveillée pour lui annoncer la nouvelle, à l’écart.

« Y-Yukito est dans le village ? » Naomi était horrifiée.

« Visiblement. Je ne sais pas qui a été celui qui a attaqué les Matsumae, mais si Yukito est venu exprès pour voir les blessés, c’est qu’il devait s’agir de quelqu’un d’important. Il faut emmener l’enfant et Jun loin d’ici. »

Naomi hocha la tête. « Impossible. Tu connais Yukito. Jun est encore incapable de le battre et si Yukito découvre que lui et Mamoru ne sont pas là, il se lancera à leur poursuite et ils n’auront aucune chance. »

Il ne restait alors plus qu’une seule solution.

***

Yûzô entra dans la chambre de Jun, qui était encore éveillé. « Jun. »

Le garçon se retourna. « Oui, Papa ? »

Le père s’assit sur le lit. « Je sais que ça ne va pas être agréable, mais j’ai besoin que tu te souviennes de ce qu’il s’est passé hier. J’ai besoin que tu me dises à quoi ressemblait l’une des personnes qui a attaqué les Matsumae. »

Yûzô vit sur le visage de son fils qu’il demandait quelque chose d’assez désagréable.

« Je… Il y avait… Une lutris, une raion et… Un hundini, je crois. »

La plus grande des inquiétudes pouvait se lire sur le visage du père de Jun. « Est-ce… Qu’il avait le poil clair et les cheveux bruns ébourriffés ? »

Yûzô vit que la description était beaucoup trop spécifique et que ça inquiétait son fils, qui hocha la tête.

« À peu près ton âge ?

— Oui… Et il avait un bandeau noir autour des yeux. »

Ce petit détail intrigua et terrifia Yûzô. Il n’avait vu qu’une seule personne dans sa vie porter un tel accessoire. C’était il y a quatorze ans et… C’était le fils de Yukito. Ryû !

« Ce hundini… Il n’est pas mort ?

— Euuuh… Non ? Par contre, je crois qu’il a été blessé à l’œil quand je me suis battu avec la raion.

— Woh bordel… » lâcha accidentellement Yûzô.

« Qu-qu’est-ce qu’il se passe ? » demanda Jun, très peu rassuré par l’attitude de son père.

« La personne qui a attaqué les Matsumae… C’était le fils de Yukito Sasaki ! » Voyant le regard confus de son fils, il élabora. « Je ne t’en ai pas parlé, mais en dehors des Seigneurs de Johsei, il existe des clans qui contrôlent toute l’économie souterraine de Johsei. Des mafieux, si tu veux. Et il s’avère que les Matsumae n’étaient pas que de puissants agriculteurs, mais aussi les chefs d’un des clans les plus puissants du pays. Et les Sasaki, si mes informations s’avèrent justes, sont en passe de dominer ce monde souterrain. J’imagine que le fils de Yukito était là pour tuer les Matsumae et s’emparer de leurs terres, sauf que tu l’as arrêté et blessé.

— Ah…

— Et il s’avère que Yukito est aussi un des meilleurs épéistes de tout le pays à la tête de la seconde meilleure école de Johsei et que s’il est au courant que son fils a été blessé par toi, on risque de le voir débarquer d’un instant à l’autre. »

Jun vit la panique dans le regard de son père. « Mais… Tu peux le battre, non ? On est toujours numéro un.

— J’espère bien que je le peux ! La dernière fois que je l’ai affronté, j’ai pu le battre aisément, vu qu’on a tous les deux été dans la même école et donc ses techniques n’avaient aucun secret pour moi, mais c’était il y a quatorze ans ! »

Un petit détail fit tiquer Jun. « Attends attends attends. Vous étiez dans la même école ? Celle de Tatie Sakura ? »

Yûzô hocha la tête. « La même, oui. Nous étions les meilleurs amis et rivaux à l’époque… Et même frères dans un sens, puisque ma mère d’adoption a aussi été la sienne. Nous avons vécu pas moins de sept ans ensemble avec le même nom de famille. Mais lorsque la guerre entre les clans Yasuda, Masuda et Ono a éclaté, quelque chose en lui a changé. Il a développé une fascination pour le concept de territoires et s’est mis en quête d’en conquérir un maximum tout en veillant à ne pas se faire attraper par les forces impériales. Il a très mal tourné, sombrant dans tous les interdits de notre école, au point même d’avoir eu un enfant par accident avec une étrangère et ne pas en prendre la responsabilité… Partout où il passe, il sème la misère et la désolation. La dernière fois que je l’ai vu, il s’était marié avec une hundini absolument adorable, a renié le nom des Kazehiko pour reprendre celui de sa famille et ils ont eu un fils qui visiblement a tourné aussi mal que lui. »

Jun écouta le récit avec intérêt. Il avait du mal à croire que son père avait eu un demi-frère. Les souvenirs de son enfance étaient bien loin, mais Jun se serait souvenu d’un détail pareil, non ? Il ne savait plus quoi penser. « Mais… Tu n’as pas essayé de l’arrêter ?

— Oh, si, bien évidemment, d’où mon dernier duel avec lui… Mais je n’ai réussi qu’à obtenir l’arrêt de l’extension de son territoire et rien de plus… Mais il semblerait que sa parole importe peu, vu que désormais il s’amuse à faire des alliances avec tous les chefs de clan pour élargir ne serait-ce qu’artificiellement son emprise sur le pays.

— Ça veut dire que…

— J’imagine qu’il va vouloir prendre les terres des Matsumae de force maintenant et tenter de récupérer l’enfant par la même occasion en même temps que venger son fils. J’ai déjà demandé à tous les élèves de fuir, pour éviter qu’ils ne perdent bêtement la vie, parce que si Yukito veut l’enfant, il ne se laissera pas arrêter aussi facilement… D’autant plus que je l’imagine venu avec ses meilleurs guerriers. »

Jun déglutit. Ça expliquait ce silence anormal depuis vingt minutes. « Mais… Pourquoi ne fuit-on pas nous aussi ? On va se faire massacrer ! »

Yûzô grimaça. « Si Yukito n’est jamais venu nous voir en quatorze ans, c’est qu’il doit encore me considérer comme un frère, pour une raison ou une autre. On ne risque rien. Et dans tous les cas, j’ai exactement ce qu’il faut pour qu’il ne nous fasse pas de mal. »




Instant making-of : Lorsque j’ai commencé à écrire l’histoire de Eastern Tails, Yûzô n’était qu’un simple père de famille qui aurait agi en arrière-plan au début de l’histoire, puis aurait disparu pour laisser pleinement la place à son fils. Forcément moi et les personnages creux, c’est pas trop ça et je voulais lui filer un lien avec Yukito, histoire d’ajouter un minimum de consistance. Le personnage de Sakura était lui-aussi pas bien travaillé et je n’avais l’intention d’en faire qu’un « boss » que Jun affronterait durant son trajet.. Puis, me demandant bien de qui Yûzô aurait pu apprendre à se battre et voyant le petit portrait que j’avais fait de Sakura, je me suis dit qu’il serait intéressant qu’elle ait été son maître.

Je ne sais plus comment les choses se sont ensuite goupillées, mais de Yukito rival de Yûzô, je suis carrément passé à « frère ». En faire un frère biologique aurait été non seulement cliché, mais un peu trop prévisible et pas très intéressant, donc j’ai plutôt opté pour l’idée qu’ils ont tous deux été fait orphelins et ont été adoptés par Sakura, qui leur a appris à se défendre. Non seulement ça ajoute pas mal de profondeur à tout le monde, mais ça ajoute encore plus d’enjeux pour le duel à venir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s