Les Chroniques de Loutre-Monde : Eastern Tails – Épisode 26

Dimanche 27 Juillet 1027

Sarah Crawford

Sarah se réveilla assez tôt. La soirée avait été plus que drôle et la nuit fut assez longue. L’excitation du départ couplée à la bonne ambiance l’avait plus que remontée, au point qu’elle eut du mal à trouver le sommeil. Ceci dit, ce n’était pas une mauvaise chose non plus, puisque cela voulait dire qu’elle serait prête dans les temps.

Elle tenta d’ouvrir discrètement la porte de sa chambre pour éviter de réveiller sa mère, ce qui prouva inutile, tant Cassandra avait les sens aiguisés. « Sarah ?

— Oh, Mère… Vous êtes réveillée. »

La vieille konijin se retourna dans son lit, puis se leva. « Bien évidemment. Tu comptais faire quoi ?

— Oh, vous savez, prendre le petit déjeuner, tout ça.

— Ça aurait été gentil de m’attendre. » grogna la femme.

Sarah voulut soupirer, mais s’en empêcha pour éviter que sa mère ne le remarque.

***

Ophelia Darkwater

Ophelia eut bien du mal à partir, mais ce pour des raisons bien différentes. Elle allait abandonner Basil pendant deux semaines. Alors que ça ne faisait que quelques jours qu’il allait enfin mieux.

Elle lui avait proposé de venir avec elle à Johsei. Ils auraient pu s’amuser à découvrir la capitale ensemble. Mais Basil refusa, car Leo et Lara partiraient quelques jours autour de l’île et même si ses grand-parents étaient là pour de bon et le soutenir lui et son père durant leur période de deuil, le garçon ne voulait pas abandonner son père. Peut-être d’ici quelques mois il accepterait de partir à l’aventure avec l’équipage du Cap’taine, mais il ne se sentait pas encore prêt.

De fait, elle allait abandonner le garçon qu’elle aimait pendant deux semaines. Ils avaient relativisé à l’idée que ça ne durerait que deux semaines, mais ça représentait déjà pour eux une trop longue durée. Ophelia voulait partir à l’aventure avec son père et le Cap’taine, mais pas à ce si petit, et pourtant si important prix…

Le voyage étant plutôt long, il fallait hélas partir assez tôt le matin. Les deux adolescents se levèrent, puis partirent dans la salle à manger, où l’attendirent pas mal de membres de la famille Edelson, ainsi que Sarah et Cassandra. Curieusement, Leo, Lara et Stan n’étaient pas réveillés, alors qu’ils avaient l’habitude d’être matinaux et qu’ils allaient partir pour Hundorf et Kutzest respectivement.

Après un petit déjeuner animé de dialogues à propos du fait d’être prêt à partir, le groupe partit en direction du port.

Le Septentrion était toujours là, toujours aussi sublime – ou étrange, d’après Leo Davis – et l’équipage était en train de finaliser les préparations.

Sarah monta sur le navire cinq minutes, le temps de déposer l’assez gros sac que sa mère lui avait probablement imposé de porter. Comment n’allait-elle pas se casser le dos avec, Ophelia l’ignorait.

Enfin, ce fut l’heure du départ.

Ophelia prit Basil dans ses bras. « Je serai de retour très rapidement.

— Ne t’inquiètes pas, je t’attendrai. » murmura l’adolescent.

Ophelia ouvrit les yeux et vit Peter s’attirer les regards noirs de sa femme, tandis que Basil put voir le père d’Ophelia coller une tape derrière la tête de son capitaine.

***

Sarah Crawford

« Tu feras bien attention à toi, mon trésor.

— Oui, Mère, je sais. » C’était très certainement la 131 313ème fois qu’elle lui avait répété cette phrase depuis la veille.

« On n’est jamais trop prudent. » répéta Cassandra. « Et si jamais quelqu’un de menaçant s’approche, tu n’hésites pas à lui filer un bon coup dans les…

— Oui. Je. Sais.

— Et si c’est une femme, c’est dans les…

— Mère.

— Quoi ?

— Je sais. Ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer. »

La mine de Cassandra se renfrogna. « Et c’est bien ça qui m’inquiète. À chaque fois que quelqu’un dit que tout va bien se passer, il enchaîne les catastrophes. »

Sarah soupira. « Mère… Tout ira bien. Je ne suis personne de bien important et quand bien même je l’étais, la Convenance Narrative prendrait sûrement quelqu’un de plus intéressant. À tous les coups, je parierais sur Leo Davis.

— Je n’espère pas pour lui… » marmonna Cassandra. « Mais bon, dans tous les cas, je veux juste que tu sois vigilante. Johsei…

— Est loin d’être le pays le plus sûr, je sais aussi. Mais vu qu’on ne restera que dans les quartiers sûrs de Gêmukyo, ça devrait aller.

— Et tu n’en sortiras pas ?

— Je le jure. » mentit Sarah, qui avait déjà prévu en douce une virée dans le quartier populaire de la ville avec le Cap’taine et Ophelia.

Cassandra observa scrupuleusement le visage de sa fille pour voir si elle n’y décelait pas de mensonge. Problème, avec le temps, Sarah avait réussi à déjouer tous ses tours, donc le mensonge passa tout seul. « Bien. » Puis elle embrassa sa fille. « Je te souhaite un bon voyage, ma fille.

— Merci. À dans deux semaines, Mère. »

L’équipage ainsi que les quelques touristes venus pour la finale du tournoi d’aquachorda ou bien ceux qui voulaient quitter l’île quelques semaines embarquèrent, puis le Septentrion largua les amarres.

Sarah était resté sur le pont pour dire au revoir à sa mère. De même pour Ophelia, qui salua sa mère restée sur l’île et Basil.

En sortant du hangar, la konijin fut surprise de voir un petit dirigeable franchir le mur d’enceinte de Lutricia, avant de se rendre compte qu’elle avait oublié de dire au revoir à Desmond, qui avait répondu aux abonnés absents après le match.

Durant les quelques heures qui suivirent, elle jeta quelques coups d’œil réguliers en direction de l’île, qui rétrécissait de plus en plus, jusqu’à totalement disparaître. Puis elle se tourna pour regarder dans l’autre direction. Là-bas se trouvait sa destination.

Johsei.




Instant making-of : Oh si elle savait à propos de la Convenance Narrative…

Voici donc la conclusion de l’arc Dyisia, où l’on coupe presque désormais totalement les ponts avec l’histoire de Leo Davis !

Pour le coup, pas grand chose à dire de ces scènes, même si je me suis vraiment amusé à rendre la scène de départ entre Ophé et Basil la plus clichée et mielleuse possible, parce que je trouve ça juste totalement débile (et aussi réaliste et quelque peu basé sur de véritables événements de ma vie… Comme quoi, même la fiction la plus niaise peut aussi facilement rejoindre la réalité). Je dois aussi avouer que je suis un peu triste de laisser Cassandra derrière pour les besoins de l’histoire, puisqu’il s’agit aussi d’un des personnages les plus drôles à écrire, mais je me console en me disant qu’elle apparaîtra quand même pas mal dans les aventures de Leo et dans le tome 5…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s